Bulletins du Front

Nos dossiers

Fermer Adresse de référence

Fermer Bruxelles

Fermer Denis Uvier

Fermer Flandre

Fermer France

Fermer Logement

Fermer Morts de la rue

Fermer Nos revendications

Fermer Squat

Fermer Videos

Fermer Wallonie

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
141 Abonnés
Nouvelles


+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Visites

 675568 visiteurs

 1 visiteur en ligne

Nos revendications - Expériences avec les politiques ...



Expériences du Front dans le travail avec les politiques en Belgique
 

Il m’a été demandé de donner notre expérience des politiques belges et bruxelloises de lutte contre l’exclusion des sans abri. Excusez-moi de dire la vérité telle qu’elle nous apparaît, je me ferais tabasser par les amis de la rue si je ne disais pas ce qui suit.

Introduction: notre constat général est que, dans un pays marqué par une politique néolibérale, la tendance générale n’est pas de lutter pour l’éradication de la pauvreté et du sansabrisme, mais de rendre le phénomène acceptable par la société. Il n’y a pas de volonté claire d’éradiquer le sansabrisme, mais bien d’entrer dans la logique de la déclaration faite lors du sommet de Nice « désormais, toutes les politiques, y compris celles concernant la lutte contre la pauvreté, doivent entrer dans le circuit de l’économie des pays ». En français : la lutte contre la pauvreté doit produire des emplois, des revenus pour les universités chargées de mener des enquêtes, des fournitures d’équipements etc… Sauf les quelques arrêtés ministériels que nous avons obtenus à force des poignets, les véritables mesures décidées avec beaucoup de bonne volonté ont généralement échoués. Nous sommes dans une économie libérale qui ne peut que produire des exclusions. Nous savons tous que plus une société consomme, plus elle produit des déchets et de la pollution.

La plupart des améliorations que nous avons connues en dix ans viennent d’associations (ASBL) privées soutenues par le gouvernement fédéral ou régional. Par contre, des améliorations pourraient se faire en soutenant les associations dans lesquelles les pauvres prennent la parole. Des subsides fédéraux et régionaux sont distribués, un réseau est organisé au niveau fédéral, (Collectif des associations chargées du suivi du Rapport Général sur la Pauvreté)…malheureusement, n’est pas entendu !


Développement:

1. Les ministres promulguent des lois pour multiplier le logement et pour aider les Sans Abri, mais de nombreuses décisions resteront sans effet si les personnes concernées ne se mobilisent pas. Exemples:

en 1992 la ministre Onkelincx décide que toute personne belge ou en règle, qui est à la rue doit absolument avoir un minimum pour vivre. Cela a été l’occasion de la naissance d’un Front Commun de sans abri en Belgique, car même si la loi avait une bonne intention, dans la pratique les obstacles étaient nombreux : quel genre d’allocation, sans carte d’identité, sans commune fixe ? ? ? C’est grâce à la lutte des gens de la rue qu’après 10 ans cette loi commence à être appliquée. Nous avons été obligés de camper pendant 10 mois dans les rues de Bruxelles, sous tente devant les différentes communes, nous avons envahi plusieurs fois les bureaux de ministres, nous avons fait de très nombreuses séances de travail avec d’autres associations, avec des administratifs du gouvernement, nous avons même du faire du lobbiyng auprès de certains parlementaires. Finalement, étape par étape, de solution caduque en solution caduque, les compléments à cette fameuse loi ont été inventés :1. possibilité d’avoir une adresse de référence dans une commune et 2. La commune est celle là où la personne se trouve et 3. En cas d’hésitation, appel est fait au ministre par fax ou par mail afin qu’une solution soit prise en 2 semaines.

En 1992 la même ministre décide la possibilité de réquisition d’immeubles vides en faveur des sans abri. Cette loi est déclarée inapplicable, car aucun bourgmestre n’oserait le faire. Chaque Région invente alors un «code du Logement » afin de rendre exécutable cette loi. Mais les forces néolibérales (socialistes y compris) réussissent depuis 10 ans à contourner ou à retarder ces applications: même les taxes sur les immeubles inoccupés ne sont pas prélevées. Alors c’est encore de la base que viennent les initiatives. Depuis des années, des dizaines d’occupations d’habitats vides se sont réalisés. Souvent, des gens ont occupé des bâtiments publics afin de narguer le gouvernement et les obliger à appliquer leurs décisions. Un grand immeuble du CPAS d’Anvers a été occupé pendant un an, un château à Bruxelles également. Dans plusieurs villes de Belgique, le mouvement s’est répandu et organisé, car des rencontres avec les amis français, hollandais, allemands nous ont permis non seulement de mieux connaître nos droits, mais d’élargir notre manière de faire. A L’heure actuelle, quelques grandes autoréquisitions subsistent : Hotel Tagawa (70 personnes), Ambassade Universelle (20), Sqwatus dei (25), Badhuis (15)….

2. La multiplication de logements pourrait enrayer en partie le sansabrisme. Hors par exemple à Bruxelles, les associations de terrain avaient obtenu une sorte de «droit de pollution pour les sociétés immobilières», c’est à dire que ces sociétés immobilières qui détruisaient des logements pour construire des bureaux étaient obligées de payer une somme aux communes afin que ces dernières améliorent ou construisent des logements. La loi a été votée il y a 10 ans au Parlement bruxellois. Aujourd’hui nous constatons que la taxe a été fortement diminuée et de plus, que les communes utilisent ces revenus pour améliorer les rues comme à Schaebeeck ou même pour construire des parkings comme l’a déclaré le Bourgmestre de St Josse.

3. Plus d’une fois, les politiques régionales ou fédérales sont prises après des concertations avec les gens pauvres ou les associations de sans abri. Mais en réalité seules les directives européennes ou le texte des accords gouvernementaux sont pris en compte. Bien souvent, au niveau régional ou fédéral, les gens du front des SDF a été consulté. Nous sommes régulièrement invités à participer à la rédaction du Rapport bruxellois ou wallon sur la pauvreté. Plus d’une fois, nous avons été entendus au Parlement. Actuellement, dans le cadre de 10 ans du rapport général sur la Pauvreté, une formidable évaluation est organisée. En, 2002 nous avons déployé énormément d’énergie pour participer à une vaste enquête concernant la santé des sans abri. Nous avons fait des réunions entre nous, fait des rapports, rencontré des sans abri flamands. Nous avons dialogué avec des spécialistes de la santé : mutuelles, médecins, hôpitaux etc afin d’affiner nos affirmations. L’objectif était de donner au ministre belge et au gouvernement, des pistes de solution à nos problèmes. Le ministre a organisé une journée pour nous remercier et amener les conclusions. Notre déception a été terrible, car le jour même, avant même d’avoir entendu les conclusions finales, il nous annonçait fièrement deux ou trois décisions, notamment celle de donner des soins dentaires gratuits pour tous les enfants. Nous avons compris que tout était déjà décidé à l’avance et que les millions d’euros dépensés pour organiser cette vaste enquête avait un triple objectif : se faire connaître des électeurs, détourner notre attention (le dialogue avec les pauvre est le nouvel opium du peuple), et faire en sorte que «la politique de lutte contre la pauvreté soit productrice d’économie ».


4. Les personnes politiques issues du tissu associatif oublient la manière de travailler en réseau qui se vit dans les associations. Ils viennent seulement à la pêche de bonnes informations dans le tissus associatif et s’en servent ensuite pour leur propre réputation. Certaines politiques décidées peuvent même anéantir le travail associatif.
Exemple l’association « Sans-abri Castor ». L’association d’anciens SDF met en contact des propriétaires d’immeubles insalubres, la commune et des SDF (ou assimilés) afin de rénover l’immeuble et devenir locataire à bon prix ensuite. Après 10 ans, le système marchait de mieux en mieux, plus de trente immeubles avaient été ainsi retapé avec plus ou moins de succès. Le gouvernement wallon soutenait et encourageait l’opération. Mais il faut croire que ce travail accompli par des gens construisant eux-mêmes leur logement ne rentre pas dans la «politique générale de l’emploi». En 2002 en effet, tous les subsides ont été supprimé, car une nouvelle loi rendait obligatoire l’engagement d’entreprises pour réaliser le travail.

 

Jean Peeters, secrétaire du front Commun SDF



Rédacteur Le_Babelleir
Date de création : 26/03/2007 @ 15:38
Dernière modification : 01/11/2016 @ 15:23
Catégorie : Nos revendications
Page lue 11107 fois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Liens utiles

+ Associations partenaires du Front commun des SDF
+ Sources d'informations
+ Associations
+ Infos
+ maisons d'accueil Bxl et Wallonie
Haut Bas