Bulletins du Front

Nos dossiers

Fermer Adresse de référence

Fermer Bruxelles

Fermer Denis Uvier

Fermer Flandre

Fermer France

Fermer Logement

Fermer Morts de la rue

Fermer Nos revendications

Fermer Squat

Fermer Videos

Fermer Wallonie

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
140 Abonnés
Nouvelles


+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Visites

 667659 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Denis Uvier - Pose ton sac pour un nouveau départ


« Pose ton sac pour un nouveau départ »

Jeudi, 22 Septembre 2011 10:32

Denis Uvier, éducateur de rue, donne un nouveau souffle à une maison d’ingénieur perchée en haut de Couillet. Comme naguère sur le terril de Dampremy, où il avait élevé un camp de tentes, il apprend à des SDF à cultiver un jardin et à retaper des murs pour se reconstruire. Des anonymes ont financé l’achat de cette maison. Le rêve de Denis est devenu le leur.



Denis Uvier devant le jardin que les habitants de la maison vont transformer en potager.

Marcel Leroy

Du haut de cette maison de maître perchée au 9, rue des Charbonnages, à Couillet, on voit la vallée de la Sambre et la ville de Charleroi, avec ses usines, son  beffroi, son ring et ses terrils couverts d’arbres. C’est sur une de ces collines élevées par les mineurs que Denis Uvier, éducateur de rue, monta un camp de tentes pour accueillir les SDF, voici quelques années déjà.

Inspiré de l’exemple des campeurs sans abri du Canal Saint-Martin, à Paris, le village de toile de  Dampremy fut la première étape du  modèle sur lequel Denis bâtit son projet actuel. Sur le terril comme dans la rue, Denis aura toujours été en première ligne avec les SDF. Il se bat avec détermination contre les obstacles  empêchant des gens qui sont dans la précarité, aujourd’hui, d’avoir un toit pour redémarrer dans la vie.

Sans abri, comment concevoir un projet ? Et sans projet, on ne vit pas vraiment, on subit le quotidien, c’est tout.

Avec sa dégaine de bûcheron, ses kilomètres de maraude au compteur (la maraude, ce sont les tournées de nuit pour dénicher les SDF dans les recoins de la ville pour les amener dans les refuges quand il y a de la place et ailleurs s’il le faut)) et sa soif de liberté, Denis Uvier est un homme engagé qui ne plie jamais quand il s’agit de défendre les sans droits. Il prend tous les risques et surtout celui d’aller au-delà de sa résistance physique et nerveuse et balaie les conseils d’un geste, en disant que tout ça, c’est du vent, « ce qui compte, c’est de s’engager à fond ».
 C’est ce qu’il a toujours fait, aux côtés de Paul Trigalet, le fondateur de Solidarités Nouvelles.
Il faut dire que la détermination de Denis galvanise les énergies. Sans faire de discours, bien qu’il ait la parole facile, il retrousse ses manches et se met au boulot. Ceux qui pensent qu’il voit clair se lèvent et font comme lui…

Après le terril vinrent le projet du jardin solidaire de Jumet-Heigne puis un autre camp de SDF à la Broucheterre.  L’idée-force, toujours, avec Denis, est de proposer à ceux qui affrontent l’adversité de bosser avec lui pour s’aider eux-mêmes.

Le vieux rêve de ce révolutionnaire était de concrétiser son travail avec les SDF dans une maison disposant d’un vaste jardin. Là, il pourrait défricher un terrain, monter un poulailler, retaper le bâtiment. Remettre en route, dans le partage de ce labeur, les SDF acceptant de vivre dans la maison et de bosser.

Ensuite, on doit se pincer pour se persuader que l’histoire est vraie.

Après avoir organisé un repas de réveillon fin 2010, une bande de jeunes gens de Charleroi, qui veulent rester anonymes, et qui se débrouillent pas mal dans l’existence, ont décidé de passer aux actes en fondant une association et achetant une demeure pour y loger le projet de l’éducateur de rue.
Ils ont réuni la somme nécessaire à l’achat de cette vaste maison d’ingénieur dont la terrasse arrière s’ouvre sur deux ailes menant vers un jardin en pente entouré d’un mur de briques. Juste à côté, les arbres d’un terril donnent au site un air d’Auvergne, cette contrée où Denis aime se fondre dans la nature sauvage.

Lors de la visite de la propriété, l’éducateur raconte…
 Tout ce qui pourra être réalisé par des amateurs décidés sera accompli par les habitants de la demeure, avec Denis et l’équipe qui l’épaule. Des pros réaliseront les travaux plus délicats pour répondre aux exigences légales.

Dans le jardin qui n’a plus rien à voir avec la jungle qui s’était développée quand la maison était aux mains d’un marchand de sommeil, un homme creuse une tranchée pour protéger le poulailler des renards. Au pied de la terrasse, un jeune gars fait du béton pour soutenir un muret de briques. A l’intérieur Jean-Pierre, compagnon de route de longue date du projet de Denis, qui a travaillé sur le terril de Dampremy, veille à l’intendance. Il y a du pain sur la planche mais bientôt, comme sur le terril, le jardin produira des fruits et des légumes et des fleurs, les poules pondront et le coq chantera, l’endroit sera à la base d’un mode de vie fondé sur le partage, le respect de l’environnement, la solidarité, la confiance.

« C’est un logement communautaire autogéré, confirme Denis. Cette organisation voudrait démontrer que des sans-abri peuvent devenir des acteurs de leur logement. Pas question qu’ils s’installent et retournent au désoeuvrement qui est trop souvent le lot des précaires ».

Zoom arrière : sur le terril, une tente était consacrée à la parole. Ce lieu était essentiel. Des gens montaient du quartier situé au pied du terril pour briser leur solitude en discutant le coup avec les campeurs. Ils visitaient le potager, découvraient l’installation phytosanitaire permettant l’épuration des eaux, admiraient la cabane qui abritait la cambuse, avaient envie de s’attarder. On éprouve le même sentiment tout en haut de la colline de Couillet, dans la maison de maître qui vogue vers de nouvelles aventures, avec un équipage qui accomplit un voyage vital.

Contacts pour un coup de main: 0472 / 715 718 - 9, rue des Charbonnages 6010 Couillet


Rédacteur Le_Babelleir
Date de création : 23/09/2011 @ 13:28
Dernière modification : 01/11/2016 @ 15:10
Catégorie : Denis Uvier
Page lue 2529 fois



Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



Liens utiles

+ Associations partenaires du Front commun des SDF
+ Sources d'informations
+ Associations
+ Infos
+ maisons d'accueil Bxl et Wallonie
Haut Bas