Bulletins du Front

Nos dossiers

Fermer Adresse de référence

Fermer Bruxelles

Fermer Denis Uvier

Fermer Flandre

Fermer France

Fermer Logement

Fermer Morts de la rue

Fermer Nos revendications

Fermer Squat

Fermer Videos

Fermer Wallonie

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
141 Abonnés
Nouvelles


+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Visites

 671487 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Morts de la rue - Soutien Citoyen


From: front commun sdf
To: Morts de la Rue ; "Undisclosed-Recipient:;"@orange.fr
Sent: Thursday, December 21, 2006 5:49 PM
Subject: Re: SOUTIEN CITOYEN


Par les médias, nous avons suivi à bruxelles, Liège, Charleroi et Anvers l'action qui est menée à Paris en solidarité avec les SDF. Des tentes installées, et l'invitation aux gens de passer une nuit dans des conditions presque semblables aux centaines de SDF de Paris et France.

Cette action honore les initiateurs et les participants. Nous sommes heureux que l'on puisse rendre public la situation de milliers de SDF actuels et futurs. Il n'est nullement de notre intention de dénigrer les personnes qui y participent., pourtant, une mise au point nous paraît nécessaire :

1. Vous connaissez les racines profondes de l'exclusion du logement : le coût du logement dépasse de loin les revenus des personnes. Dans le quartier St Josse à Bruxelles, l'implantation d'une tour louée aux Commissions européennes (tour Madou) a fait doubler le prix des loyers en deux ans. De nombreuses personnes ont été expulsées pour cause de "rénovation". La réponse du politique a été d'ouvrir 150 lits d'urgence pour l'hiver tout près de la commune, dans un ancien commissariat de police). Il n'y a aucune volonté politique d'enrayer la machine à fabriquer des SDF, le gouvernement belge refuse toute limitation de la spéculation financière, limitation des loyers etc... La seule proposition qui risque d'aboutir, c'est d'aider les locataires en difficulté à payer le loyer = aide au logement = aide aux propriétaires qui peuvent augmenter le logement comme cela se fait en France.

2. Nous, les SDF actuels et futurs, nous n'avons que faire de la pitié de la société au moment des fêtes de Noël. Ce n'est qu'une pitié temporaire qui change tout pour vous, mais pas pour nous. En effet, grâce à cette action, beaucoup de personnes "bien pensantes" pourront soulager leur coeur : au moins j'aurai fait quelque chose. Les autres "spectateurs" (politiques, financiers, hommes d'affaires...) seront également soulagés : au moins il y a des gens qui pensent à ces pauvres gens de la rue. Mais pour nous, il n'y aura rien de changé. Il faudra attendre que la pression augmente, que les expulsions de logement atteignent une bonne partie de la population, alors peut-être la révolte atteindra les lieux de décisions économiques et politiques.


Pour le Front Commun SDF
Belgique
Jean Peeters






Rédacteur Le_Babelleir
Date de création : 22/12/2006 @ 19:40
Dernière modification : 01/11/2016 @ 15:24
Catégorie : Morts de la rue
Page lue 10859 fois



Réactions à cet article


Réaction n°2 

par TimFaichiez le 08/07/2008 @ 01:21

Quand on maltraite un être humain, on maltraite l’humanité ! Un des moments le plus dur à passer, dans les premiers moments où l’on est obligé de dormir dehors, par tous les temps, c’est bien de voir des lumières qui brillent derrière les tentures des fenêtres de toute les maisons qui nous entourent. Alors, on repense aux soirées passées en famille devant la télé, bien au chaud.  Jamais je n’aurais pu penser qu’un jour je serais à la rue ! À quoi donc auront-ils servis mes diplômes ? À devenir SDF ? Qui aurait pu penser un seul instant qu’il est possible d’expulser quelqu’un et de le jeter à la rue ? Il est interdit de jeter un chien à la rue. On est donc moins qu’un chien ! Au cours du temps qui passe, en rue, on ne les voit plus ces lumières, car on est trop fatigué et trop saoul pour encore regarder en l’air. On oublie tout, même que l’on a des enfants. C’est aussi la raison pour laquelle nous buvons ; c’est pour pouvoir anesthésier nos souffrances. Le choix est simple et logique : c’est boire, ou bien se pendre ! Tim Faichiezn


Réaction n°1 

par lyse le 25/07/2007 @ 20:55

J'ai enfin trouvé le site adéquat.
oui, bien des années, ayant habité à Bruxelles, j'en ai vu de nos frères, et de nos soeurs, dehors, dédaignés, méprisés, humiliés.
je ne suis pas de ceux qui disent "mais que fait la police", ou le "parti socialiste", certains sont venus chez moi.
mais attention, il y a le contrôle social.  la chasse aux cohabitants ou présumés tels, logement social, obligation de mentionner tout co-locataire dans un bail, etc;;;, et tout son cortège de mesures qui rend périlleuse la solidarité.

mes enfants ont vu, de leurs yeux vus, un pauvre homme se faire briser l'arcade sourcillière par une bande de... réaction très molle de la police.

n'est-ce pas jésus qui a dit : quand vous faisez du mal .à un seul d'entre eux, c'est à moi que vous le faites .

oui, il y a des refuges pour les chiens où ils peuvent séjourner toute l'année, de jour comme de nuit.

je ne peux accepter celui qui "dort" dehors, le peut-il, lui qui est chassé des gares, des marches des églises comme un vulgaire sac, alors qu'il voit autour de lui des maisons, des lumières aux fenêtres, des personnes qui se parlent entre elles avec d'humanité mais sans un regard pour l'humain à côté duquel elles passent..

ce n'est pas un drame humain, c'est de la scandaleuse indifférence criminelle.

une pensée pour tous ceux qui souffrent et se sentent abandonnés, et pour cause, mais surtout que l'on communique et s'unisse.


Liens utiles

+ Associations partenaires du Front commun des SDF
+ Sources d'informations
+ Associations
+ Infos
+ maisons d'accueil Bxl et Wallonie
Haut Bas