Bulletins du Front

Nos dossiers

Fermer Adresse de référence

Fermer Bruxelles

Fermer Denis Uvier

Fermer Flandre

Fermer France

Fermer Logement

Fermer Morts de la rue

Fermer Nos revendications

Fermer Squat

Fermer Videos

Fermer Wallonie

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
143 Abonnés
Nouvelles


 -  Année 2018
+ Année 2017
+ Année 2016
+ Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Visites

 696689 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Nouvelles


DECES DE PAUL TRIGALET à Charleroi - par jean le 26/05/2018 @ 21:51

 
 
 
 
Ceux et celles qui ont connu Paul sont heureux de savoir qu'il nous a quittés ce jeudi matin comme il le voulait : dans sa maison au calme. Une cérémonie sera organisée le samedi 2 juin à la Chapelle de Heigne et une cérémonie d'adieu se fera plus tard probablement au château de Marchiennes au Pont.
 
Pour nous, le gens du Front, Paul a été celui qui a aidé à structurer l'action d'Alain Siénaert dès les premiers jours de la guerre des sdf pour obtenir une carte d'identité et des droits en 1992. Grâce à sa sensibilité, ses qualités de syndicaliste il a permis au groupe de se faire entendre. Sans lui la lutte des sdf du Front n'aurait pas pu atteindre son but. Merci à toi Paul, notre mentor et notre ami. C'est lors de ta décoration de "CHEVALIER DU MERITE WALLON que tu t'es défini comme "animal social".
 
 
Né à Anderlues, en  1934, au milieu des charbonnages, dans une famille de cinq enfants, il a été nommé vicaire de la paroisse de Jumet Gohyssart (hé oui, il était curé). Directement il s'est fait l'ami de jeunes travailleurs et des mineurs, mais il a senti qu'il valait mieux quitter la paroisse et continuer comme prêtre-ouvrier". Il suit une formation sociale à l'ULB puis entre au travail chez chez Goffart, à Monceau comme manoeuvre pendant 5 ans. En 1973, il reprend une formation d'ajusteur et est embauché chez Dassault, à Gosselies, en 1974. À la reprise de l'usine par la Sabca, il s'occupe d'une cellule de reconversion des matériaux composites.
 
Syndicaliste, il crée en 1973 la Fédération nationale des habitants de cités, car il habitait dans un logement social à l'allée Verte à Jumet. On ne compte pas les initiatives parfois ratées, mais plus d'une fois très intéressantes pour les personnes en difficulté de logement. C'est ainsi qu'il se démena pour organiser des "bails glissants" et ensuite l'association SANS ABRI CASTOR : un savant montage entre un d'une maison abandonnée, la commune, des maçons/électriciens/plafonneurs au chômage, des bénévoles et le futur locataire pour rendre habitable le logement. Le locataire qui avait donné des heures de travail pouvait ensuite louer le lieu à moindre prix pendant plusieurs années. Une dizaine de maisons ont été ainsi "retapée" dont le couvent des soeurs près de la chapelle de Heigne habitée à présent par une petite dizaine d'habitants. L'immense jardin attenant est actuellement entièrement cultivé par une autre association également fondée dans la foulée. Tout le monde se souvient d'un Paul juché sur le toit occupé à travailler d'arrache pied. Par après, Sans abri castor a du fermer ses portes parce que le gouvernement wallon avait pris la relève (!!!). Que ce soit au Gouvernement Wallon ou au Fédéral, on entendait la voix de Paul qui relevait chaque fois le petit détail qui risquait d'exclure les plus faibles. Il a été également la cheville ouvrière dans tout le travail de création des AIS (Agence immobilières Sociales)
 
L'association SOLIDARITES NOUVELLES est aussi sa création, ainsi que Le Rebond qui deviendra Comme chez nous et ensuite ESPACE PAROLE où les SDF pouvaient libérer la parole en présence plus d'une fois d'une autorité. Mais dès que le Relais social a pris le relais, Paul a créé ESPACE PAROLE/FEMMES, car il avait remarqué que ces dernières n'osaient pas prendre suffisamment la parole en présence des hommes. Il ne faut pas oublier non plus la "résidence d'été" en France : un petit coin de paradis dans la nature où des personnes en difficultés peuvent passer quelques jours pour "se retaper".
 
Plusieurs chutes successives ont eu finalement raison de sa santé et il avait du mettre fin officiellement à ses activités depuis quelques années.
 
Certain l'avaient appelé : l'abbé Pierre de Charleroi, mais personne n'osait le lui dire, par peur de coups !
 
 
 
 
 
 
 
 



Liens utiles

+ Associations partenaires du Front commun des SDF
+ Sources d'informations
+ Associations
+ Infos
+ maisons d'accueil Bxl et Wallonie
Haut Bas