Bulletins du Front

Nos dossiers

Fermer Adresse de référence

Fermer Bruxelles

Fermer Denis Uvier

Fermer Flandre

Fermer France

Fermer Logement

Fermer Morts de la rue

Fermer Nos revendications

Fermer Squat

Fermer Videos

Fermer Wallonie

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
141 Abonnés
Nouvelles


+ Année 2017
+ Année 2016
 -  Année 2015
+ Année 2014
+ Année 2013
+ Année 2012
+ Année 2011
+ Année 2010
+ Année 2009
+ Année 2008
+ Année 2007
Visites

 671508 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

Nouvelles


Décès de Marc Sontrop (Chartreuse) - par jean le 06/02/2015 @ 21:21



Fin de Marc Sontrop

La presse a très peu relaté la fin de notre ami près de Verviers (trouvé suicidé le jours de son expulsion). Nous l’avions connu lors de la fermeture de « La Chartreuse » à Liège il y a 15 ans. Un ancien couvent transformé en une soixantaine de petits logements à prix réduit sur les hauteurs de Liège. Fermé sois disant pour cause d’insalubrité, mais en réalité, comme l’avouera le Bourgmestre, pour être transformé en appartements de luxe qui rapportent à la ville !

Marc était le plus révolté d’entre nous et ne tarissait pas sur les multiples injustices qu’il avait subies au cours de ses quarante années d’existence. Il est le seul parmi les 80 locataires qui a obtenu le droit à une compensation financière de la part du propriétaire pour lui avoir loué un bien « insalubre ». Pourtant, jamais il n’a vu l’argent !

 Un homme que l’on pourrait qualifier « d’écorché vif ». Il reconnaissait avoir fait des conneries dans sa vie et accepté les conséquences : la prison. Mais c’est dès l’âge de 16 ans que ses déboires ont commencé du fait de son placement dans des centres pour jeunes : Chatelet, Braschaat, Rodhes Ste Genèse … Déjà à cette époque, il était en révolte, car il trouvait injuste d’être séparé de ses parents, et les conditions de vie dans ces centres dans les années 80 étaient bien souvent déplorables. Et toujours, il devait se taire devant des juges.

Mais ce qui a probablement accéléré sa déstructuration et sa haine du système judiciaire (avocats, juges, huissiers de justice….), ce sont les 5 ans qu’il a passé en prison dans l’inactivité, l’incompréhension des gardiens et du directeur, le refus d’entendre les plaintes des prisonniers, la domination de la part des « caïds » contre lesquels personne ne peut rien. Et surtout, en révolte contre l’inactivité en prison, alors que celle-ci doit préparer la réinsertion dans la société.

Sorti de prison sans préparation, c’est la galère avec tuiles sur tuiles, comme la taxe radio/TV réclamée avec 5 ans de retard (le temps qu’il était en prison) !! 

A-t-il été suivi psychologiquement ? Probablement oui, mais comment ? Sa vie n’a été qu’un calvaire de souffrances, d’incompréhensions, de révoltes. Souvent il a été victime d’incompréhensions et fort probablement d’injustices. Par contre, ce qui reste vrai, c’est qu’il ne laissait rien passer de ses droits et revendiquait jusqu’au bout, même dans les petits détails. En cela, il avait énormément de courage, car sa santé n’était pas fameuse.

Par contre, il a toujours été extrêmement difficile de le suivre dans les méandres de ses récits, car la « tuile » dont il nous parlait entraîne le récit d’une autre tuile, et encore d’une autre, de sorte qu’il est impossible de s’y retrouver. Je crois que c’est ainsi que malgré que certain de ses droits aient été bafoués, bien des acteurs sociaux se sont découragés et l’ont laissé seul. De plus, dans sa certitude d’être dans son droit, il fonçait et se mettait lui-même plus d’une fois, dans une situation illégale.

La dernière, celle qui mit fin à ses  jours, c’est le conflit avec son propriétaire,  qui s’est terminé par la décision de l’expulser alors qu’il était malade. 

Y a-t-il une conclusion ? Certains voisins m’ont dit que c’était un homme pas désagréable du tout, mais qui semblait toujours torturé, inquiet et en souffrance : « Là où il est, il est probablement mieux ». Il est difficile de s’y retrouver dans toutes ses accusations, surtout contre certains avocats, juges gardiens de prison, A.S…

Mais il reste une réelle victime d’un système de « protection de la jeunesse » et d’un système judiciaire qui ne met pas le temps nécessaire à bien décortiquer les situations personnelles, et envisager toutes les conséquences possibles de certaines décisions. Ce ne sont pas des systèmes inhumains, mais pas assez humains, trop tournés vers la protection de la « bonne société » et pas assez tourné vers la protection et l’assistance aux personnes en difficulté.

Marc Sontrop reste pour nous un exemple parfait que c’est la première enfance qui est déterminante dans la vie d’un homme, c’est là que la société doit réellement s’investir, ainsi que transformer nos prisons en chance de réinsertion.











Liens utiles

+ Associations partenaires du Front commun des SDF
+ Sources d'informations
+ Associations
+ Infos
+ maisons d'accueil Bxl et Wallonie
Haut Bas